Le début de l’année aura été marqué par une remontée dans OAT de l’ordre de 1% en un peu plus de 6 mois, ce qui est assez solide pour la considérer comme un signal représentant la fin de la période de baisse. Tout ceci a eu pour conséquence de faire remonter les meilleurs taux d’emprunt (voir notre partenaire simulation-emprunt.net) de prêt immobilier sur la plupart des durées sans toutefois remettre en cause la fait que les taux restent quand même historiquement bas.

Si la hausse est validée pour les crédits immobiliers il n’en est pas de même pour le crédit à la consommation qui regroupe :

  • Le crédit auto pour l’achat d’une voiture neuve ou d’occasion;
  • Les crédits travaux pour financer des aménagements, des améliorations du point de vu énergétique, de la décoration ou tout autre travaux dans un logement existant jusqu’à la construction ou l’agrandissement d’un logement;
  • Les crédits renouvelables, souvent à taux variable, mais très contestés pour les consommateurs vu les taux pratiqués par les banques mais dont le grand bénéfice reste leur souplesse d’utilisation à court terme pour l’emprunteur;
  • Les crédit personnel qui peuvent financer tous les besoins divers, de petits achats aux loisirs en passant par un évènement comme le baptême par exemple et même un besoin de trésorerie sans besoin de fournir obligatoirement un justificatif d’utilisation des fonds empruntés.

Les taux de ces crédits à la consommation ont légèrement monté mais des offres promotionnelles existent toujours ce qui fait que dans ce secteur du crédit la hausse des taux ne se fait trop pas ressentir pour l’instant. C’est un point à surveiller car notre économie est fortement indexée sur la consommation des ménages et une hausse des taux pourrait la faire fléchir ce qui corrélativement forcerait la Banque Centrale à agir pour maintenir les taux bas jusqu’à ce qu’une reprise solide voit le jour.

Pour conclure, nous sommes clairement en période de hausse de taux pour les crédits immobiliers et les prêts à la consommation mais cette hausse n’a pas réellement eu d’impact visible sur l’économie du fait que ces taux d’emprunt restent historiquement bas. Seule une reprise solide de l’économie avec un taux de chômage en réelle baisse pourrait changer cet état de fait et faire basculer les taux vers une hausse franche. A l’inverse une nouvelle crise, qu’elle soit politique, financière ou économique contraindrait la BCE (Banque Centrale Européenne) a agir pour garder des taux bas..

Si vous avez un projet en cours à financer, nous vous conseillons vivement notre comparateur de taux de crédit consommation ou de prêt immobilier avant de choisir votre organisme de financement afin de comparer en connaissance de cause. Si vous ne trouvez pas l’offre qui vous convient vous pouvez également voir notre site partenaire qui est moncreditmoinscher chez qui vous aurez également la possibilité de comparer offres des banques en ligne comme Fortuneo, ING Direct, etc…